Fondation nationale Suisse pour le
don et la transplantation d'organes

MANIFESTATIONS

Me, 01.01.2014
Transatlantique - en solitaire: Campagne pour la sensibilisation
plus

Sa, 20.09.2014
Journée nationale du don d’organes 2014
plus

ACTUALITÉS

15.07.2014
Chiffres trimestriels d’avril à juin 2013
plus

NEWSLETTER

Veuillez nous communiquer votre adresse e-mail et vous recevrez notre Newsletter gratuitement.

Inscrire  Désinscrire

SWISSTRANSPLANT NEWS

03.06.2014
Swisstransplant news Nr. 23 / juin 2014
Télécharger

ABONNEMENT

Ici, vous pouvez vous abonner gratuitement pour recevoir les magazines „Swisstransplant News“!

Inscrire  Désinscrire

Recommandez cette page à un ami !

Swisstransplant
Laupenstrasse 37
CH-3008 Berne
Téléphone +41 31 380 81 30
Téléfax +41 31 380 81 32
info@swisstransplant.org


Find us on Facebook
Imprimer cette page

«Je ne peux pas être donneur d’organes parce que ...» – mais est-ce bien sûr?

Idée reçue n° 10

 

« Dernier point: les accidents graves de moto sont la principale cause de décès chez les donneurs d’organes. »

 

Grâce a des prescriptions routières strictes, on constate une diminution du nombre de blessures à la tête a l’origine d’une mort cérébrale. Ainsi, les principales causes de décès chez les donneurs d’organes ont change. Aujourd’hui, les hémorragies cérébrales, suivies des infarctus cérébraux et de l’hypoxie suite à un échec de la réanimation constituent les principales causes de décès chez les donneurs d’organes.


Idée reçue n° 9

 

« Je ne veux pas devenir donneur d’organes parce que je ne tiens pas à soutenir le commerce lucratif de la transplantation d’organes. »


En Suisse, la totalité des coûts liés au don d’organes et à la transplantation est prise en charge par les caisses-maladie (assurance de base) en tant que prestation ordinaire.


Idée reçue n° 8

 

"Je ne veux pas devenir donneur d’organes parce que je ne tiens pas à soutenir le commerce d’organes."

 

En Suisse, le commerce d’organes n’est pas sujet à débattre parce qu’il s’agit d’une pratique interdite et punie par la loi. Chaque personne qui a besoin de recevoir un organe est inscrite sur la liste d’attente nationale dans un centre de transplantation. Après une transplantation, le patient a besoin d’un suivi médical. Un patient qui aurait inopinément reçu un nouvel organe, hors du cadre de la règlementation légale, ne passerait pas inaperçu. Il n’y a pas non plus d’attrait financier dans la mesure où les organes sont donnés a titre gratuit.



Idée reçue n° 7

 

"Je ne peux pas être donneur d’organes, car je suis croyant et que ma religion me l’interdit."

 

Toutes les grandes religions du monde se prononcent clairement en faveur du don d’organes, notamment le catholicisme, le protestantisme, l’islam, le judaïsme, les Eglises orthodoxes, l’hindouisme ainsi que le bouddhisme. Le don d’organes est considéré comme un acte d’amour envers son prochain.


Idée reçue n° 6

 

"Des enfants ne peuvent pas être donneur d’organes, parce qu’ils sont encore trop jeunes."


Dans la mesure où des enfants ou de jeunes enfants figurent sur la liste d’attente des receveurs d’organes, tout enfant de plus de 28 jours peut faire un don d’organes. L’accord parentale préalable est nécessaire pour procéder a un prélèvement.


 

Photo: pixelio.de/Gänseblümchen


Idée reçue n° 5

 

"Je ne peux pas être donneur d’organes parce que je souffre d’une maladie chronique."

 

Le fait d’être atteint d’une maladie chronique n’est pas un critère d’exclusion systématique pour un don d’organes. En règle générale, les maladies chroniques ne sont pas transmises via une transplantation.


Idée reçue n° 4

 

"Je ne peux pas être donneur d’organes parce que j’ai une hépatite ou je suis séropositif/séropositive."

 

La liste d’attente des receveurs d’organes comprend également des patients atteints du VIH ou d’hépatites B et C. Ces personnes peuvent sous certaines conditions faire un don à des receveurs également positifs/atteints. En plus des analyses de sang et des échographies de contrôle, des analyses spécifiques du virus sont effectuées par voie sanguine.


Idée reçue n° 3

 

"Je ne peux pas être donneur d’organes parce que je bois régulièrement de l’alcool."

 

Toute consommation d’alcool n’endommage pas nécessairement le foie. Encore une fois, ce n’est pas la quantité d’alcool consommée qui compte, mais les éventuels dommages causés à l’organe. Analyses de sang et échographies nous livrent des informations sur son état de fonctionnement.


Idée reçue n° 2


"Je ne peux pas être donneur d’organes parce que je fume régulièrement."


Le fait de fumer n’est pas un critère d’exclusion systématique pour un don d’organes. Il est cependant indispensable de savoir dans quelle mesure quelqu’un a fumé au cours de sa vie. Radiographies et analyses de sang permettent de constater leur état. Un cancer actif ou dont la rémission n’est pas avérée est une contre-indication au don d’organe.


Idée reçue n° 1


"Je ne peux pas être donneur d’organes parce que je suis trop âgé."

De nombreuses personnes ayant atteint un âge avancé pensent qu’elles sont trop âgées pour faire un don d’organes. Or il n’y a pas d’âge limite pour être donneur d’organes. Ce qui compte, c’est l’état de santé des organes concernés. Notre donneur d’organe le plus âgé avait 88 ans, par exemple. Et il a pu faire don de son foie et de ses deux reins.



Pléthore d’idées reçues, de rumeurs et d’informations erronées circulent au sujet du don d’organes. Un grand nombre de personnes pensent qu’elles ne peuvent pas être donneuses à cause de leur mode de vie ou de leur situation personnelle. La réalité s’avère bien différente. Ici même, nous démontons chaque semaine un de ces mythes.



 
22.07.2014
 
Envoyer cette actualité   Plus d'actualités

Powered by liebcom graphisme+site internet

© 2014 Swisstransplant. Tous droits réservés