Share Mail Print

Comment la mort est-elle établie ?

Les donneurs en état de mort cérébrale (en anglais Donor after Brain Death, DBD) sont des personnes dont le cerveau n’est plus irrigué suite à un événement dramatique ou souffre d’une carence en oxygène et n’est donc plus en mesure de fonctionner. Les principales causes de l’état de mort cérébrale sont une hémorragie cérébrale, un traumatisme crânio-cérébral ou des maladies entraînant une carence en oxygène du cerveau.

La mort cérébrale est la perte irréversible de toutes les fonctions cérébrales (aussi bien des hémisphères cérébraux que du tronc cérébral). Conformément aux directives de l’Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM), la mort cérébrale doit être constatée par deux médecins spécialisés n’appartenant pas à l’équipe de transplantation (voir directives Diagnostic de la mort dans le contexte de la transplantation d’organes, ASSM).

Les donneurs décédés après un arrêt cardiaque (en anglais Donor after Circulatory Death, DCD) sont décédés suite à un arrêt cardio-circulatoire quand les tentatives de réanimation n’ont pas réussi à relancer le cœur. Le prélèvement doit alors intervenir très rapidement, car les organes ne sont plus irrigués après l’arrêt cardiaque. Hormis le cœur, tous les organes des donneurs DCD peuvent être transplantés. La constatation du décès après un arrêt cardiaque suit également une procédure décrite en détail par la loi.

Quelles mesures médicales préliminaires sont effectuées ?
Les mesures médicales préliminaires ou les mesures destinées à la conservation des organes d’un donneur en état de mort cérébrale englobent le maintien de la respiration artificielle et l’administration de médicaments afin de réguler la circulation sanguine et l’équilibre hormonal. Des prises de sang sont également effectuées pour les analyses en laboratoire. Les différents organes sont en même temps analysés par une échographie ou par des processus radiologiques afin de vérifier leur fonctionnement. Les prises de sang et les analyses dans l’optique d’un don ne commencent qu’après le diagnostic de mort cérébrale, s’il existe un consentement.