Share Mail Print

Comment la mort est-elle établie ?

Diagnostic de mort cérébrale selon les directives de l’Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM)

Les donneurs en état de mort cérébrale (en anglais Donor after Brain Death, DBD) sont des personnes dont le cerveau n’est plus irrigué suite à un événement dramatique et n’est donc plus en mesure de fonctionner. Les principales causes de l’état de mort cérébrale sont une hémorragie cérébrale, une carence en oxygène ou un traumatisme cranio-cérébral sévère.

La mort cérébrale est la perte irréversible de toutes les fonctions cérébrales (aussi bien des hémisphères cérébraux que du tronc cérébral). Conformément aux directives de l’ASSM, la mort cérébrale doit être constatée par deux médecins spécialisés n’appartenant pas à l’équipe de transplantation (voir directives « Diagnostic de la mort dans le contexte de la transplantation d’organes », ASSM).

Le don d’organes après un arrêt cardio-circulatoire (en anglais Donor after Cardio-Circulatory-Death, DCD) inclut les donneurs et donneuses dont le pronostic est sans issue et pour lesquels il a été décidé, dans l’unité de soins intensifs, d’interrompre les soins pour les laisser mourir conformément aux directives de la Fédération des médecins suisses (FMH).

Si la mort cérébrale ne survient pas, le don d’organes peut avoir lieu après l’arrêt cardio-circulatoire. La question d’un éventuel don d’organes peut se poser pour les patients et patientes ne présentant pas de critères d’exclusion et qui, selon toute vraisemblance, connaîtront un arrêt cardio-circulatoire dans les deux heures après interruption des soins. Les examens requis de l’exploitabilité des organes sont effectués et les soins interrompus, le plus souvent en présence des proches, si ces derniers le souhaitent. Le tube pour la respiration est retiré et les médicaments de soutien de la circulation sont stoppés, suite à quoi le processus de décès se met en place.

Si l’arrêt cardio-circulatoire survient dans les deux heures et qu’il n’existe donc plus d’activité électrique du cœur, une échocardiographie permet en plus de vérifier si le cœur ne rejette plus de sang pendant au moins cinq minutes. Si tel est le cas, le décès est constaté et confirmé selon les directives de l’ASSM par deux médecins spécialistes indépendants selon le principe des quatre yeux. Il s’agit dans ce cas d’une mort cardiaque et cérébrale. Les préparations pour le prélèvement d’organes sont ensuite effectuées et les organes attribués à des receveurs sont prélevés dans la salle d’opération dans des conditions de parfaite stérilité. La plaie est refermée après le prélèvement. Si le processus de décès dure plus de deux heures, aucun prélèvement d’organes n’aura lieu. Les proches sont informés au préalable du déroulement des opérations.