Share Mail Print

Une vie difficile marquée par des problèmes de santé, suivie d’une nouvelle qui lui est offerte comme un don du ciel.

On se sent immédiatement à l’aise lorsque l’on fait la connaissance de Samuel Wespe dans son magasin de meubles. C’est au cœur de la pittoresque vielle ville de Bienne que Samuel a concrétisé son rêve. À l’image de son magasin « Plein d’histoires », Samuel a énormément de choses à raconter. « Si je n’avais pas vécu tout cela, jamais je n’aurais ouvert mon magasin », indique-t-il dès le début de la conversation. Il nous explique ensuite ce qu’il entend par « tout cela ».

Jusqu’à l’âge de 27 ans, la vie de Samuel est marquée par des problèmes de santé. Souvent, il n’est pas en forme, se fatigue rapidement, doit s’allonger après les repas. Il nous dit qu’il s’épuisait vite et que son visage devenait jaune après un énervement. Une échographie révèle que Samuel a une rate trop volumineuse et un foie trop petit. Les médecins ne sont toutefois pas en mesure de poser un diagnostic sur ses problèmes. Ainsi, au fil des années, la bile de Samuel continue d’endommager son foie, jusqu’à ce jour fatidique en 2011 : Samuel est alors tellement affaibli qu’il finit par s’effondrer. Il est plongé dans un coma artificiel pour éviter d’autres atteintes de ses organes internes. À sa sortie du coma, il dispose d’un nouveau foie.

Samuel n’avait jusque-là jamais réfléchi au don d’organes. Après son réveil, il réalise d’emblée qu’il se sent enfin à nouveau bien et en forme. Ce n’est que plusieurs jours plus tard qu’il commence à penser à son donneur, pour qui il éprouve une profonde reconnaissance. Ce dernier a pris une décision pour la vie qui en offre une nouvelle à Samuel et lui permet de concrétiser son rêve : avoir son propre magasin. Tout aussi minutieux dans son discours que dans la restauration d’anciens meubles, Samuel nous fait part de sa position sur le sujet. S’il comprend qu’une personne puisse être d’un autre avis, il est consterné par les remarques se bornant à accepter la finitude de la vie. Il raconte alors son histoire, lui qui fait partie des premiers concernés. Son récit est peut-être l’occasion d’aborder la question sous un autre angle de vue.

 

Prendre une décision pour ou contre le don d’organes, c’est prendre une décision pour la vie. Consignez votre décision dans le Registre national du don d’organes pour apporter sécurité, clarté et soulagement.

>> S’inscrire maintenant