Share Mail Print

La plupart des pays européens ont actuellement recours à une variante du consentement présumé

L’air du temps est en faveur du consentement présumé. Récemment la Grande-Bretagne a également introduit le principe du consentement présumé emboitant ainsi le pas à des pays comme l’Autriche, la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal ou la Belgique.

Depuis des années, le besoin d’organes en Suisse est supérieur au nombre d’organes disponibles dans le pays. Dans ce contexte, la conservation du consentement explicite au sens large en Suisse n’irait pas sans poser de problème. Depuis des années, ce modèle crée une dichotomie entre le nombre de personnes en faveur du don d’organes selon les sondages et le nombre effectif de donneurs.

Promotion de l’échange d’organes entre pays européens

Avec FOEDUS (faciliter l’échange de dons d’organes entre les États membres de l’UE), une association de pays européens a été créée pour promouvoir l’échange transfrontalier d’organes. La plateforme informatique FOEDUS permet de transférer vers un autre État européen un don d’organe qui n’a pas pu être attribué à un receveur compatible à l’intérieur des frontières nationales. FOEDUS s’appuie sur les directives européennes relatives aux normes de qualité et de sécurité des organes humains destinés à la transplantation (2010) et sur la directive établissant des procédures d’information pour l’échange d’organes humains destinés à la transplantation (2012).

En 2009, le taux de mortalité très élevé d’enfants sur la liste d’attente d’un cœur (environ 80 pour cent) avait amené Swisstransplant à mettre en place la « European Children Heart Waiting List ». Grâce à ce projet, des cœurs d’enfants, non compatibles avec un receveur de la liste d’attente de leur pays, ont pu être proposés à des organisations partenaires étrangères et transplantés dans des pays limitrophes.

En avril 2020, le PD Dr Franz Immer, Medical Director et Directeur de Swisstransplant, a été élu nouveau président de FOEDUS par les États-membres. Il a pris ses fonctions à la mi-septembre 2020. Cela contribuera à faire valoir les positions de la Suisse. Cependant, le fait que la Suisse importe depuis des années plus d’organes qu’elle ne met à disposition des autres pays n’est pas une situation optimale.

Prendre une décision pour ou contre le don d’organes, c’est prendre une décision pour la vie. Consignez votre décision dans le Registre national du don d’organes pour apporter sécurité, clarté et soulagement.