Share Mail Print

À propos de l'initiative

De quoi s’agit-il ?

Avec la solution du consentement présumé, l’ensemble des citoyennes et citoyens sont tenus de se forger une opinion quant au don d’organes. Toute personne opposée au don d’organes doit consigner sa volonté dans un registre. Sinon, on part du principe du consentement. Cela apporte des avantages dans tous les cas.

C'est pour qui, l'initiative ?

Vous avez une opinion positive sur le don d’organes :
En cas d’urgence, lors de l’entretien avec vos proches, le personnel médical spécialisé part du principe que vous consentez au don d’organes, car vous n’avez inscrit aucune entrée dans le registre. N’oubliez pas d’informer vos proches comme auparavant de votre position. Vous disposez ainsi d’une garantie  absolue que votre volonté sera respectée.

Vous êtes indécis :
Pour vous, la nouvelle solution signifie que vous devez prendre une décision. Auparavant, vous pouviez échapper à cette décision. En cas d’urgence, cela aurait contraint vos proches à prendre pour vous cette décision pesante. Grâce à la nouvelle solution, tout est clair : si vous refusez le don d’organes, vous devez vous inscrire. En l’absence d’entrée dans le registre, on peut partir du principe de votre consentement.

Vous avez une opinion négative face au don d’organes :
Pour vous, la nouvelle solution apporte le plus grand avantage. Vous pouvez désormais inscrire votre volonté de ne pas donner vos organes et vous n’avez plus rien à faire ensuite. En cas d’urgence, le personnel médical spécialisé consulte le registre. S’il constate que vous êtes enregistré(e) comme opposé(e) au don d’organes, il sait que vous ne souhaitez pas donner vos organes et qu’il ne doit pas procéder à l’entretien avec vos proches.