Jeanne Kreis

Comment es-tu arrivée chez Swisstransplant ?

Lors de mes études de philosophie à l’université j’ai traité des questions éthiques et me suis intéressée au don d’organe et à la transplantation en particulier. L’été dernier, alors que j’ouvrais le journal, je suis tombée sur l’intitulé d’un poste qui m’a ensuite donné l’opportunité rare d’entrer dans le domaine dont mes tâches sont étroitement liées à l’éthique.

Quel est ton rôle et qu’est ce qui te motive dans ton travail ?

Mes tâches comprennent de nombreuses activités différentes. En tant qu’enseignante stagiaire dans l’enseignement secondaire, je m’occupe, dans le cadre de la campagne pour les jeunes, du matériel scolaire pour les différentes branches, du contact avec les écoles et des demandes des enseignants et élèves. Je suis également en charge de la rédaction et de la révision de différents textes et soulève des questions philosophiques en lien au domaine du don d’organes.

Qu’est-ce que tu aimes dans la vie ?

La montagne, les sushis et le beau temps !

Qu'est-ce qui te déplaît au contraire ?

Le manque d’idées, le ressentiment et un matin sans café.

As-tu une carte de donneur ?

Oui, depuis 2 ans. Elle m’accompagne toujours. Un ami m’a dit un jour qu’il pensait que son corps n’aurait plus d’importance pour lui après la mort, c’est pour cela qu’il serait donneur. C’est pareil pour moi.