Thomas Anliker (32), Binningen (BL)

J’ai subi une greffe du rein en 2012.

C’est difficile à croire, et pourtant… Après avoir hésité pendant longtemps, je me suis rendu chez le médecin pour ce que je pensais être une grippe. Il m’a directement envoyé aux urgences où on m’a diagnostiqué une insuffisance rénale totale. Après avoir changé mon alimentation, je me suis brièvement senti mieux. Mais seulement deux semaines plus tard, j’ai dû subir une dialyse. J’ai appris que la durée d’attente pour un nouveau rein pouvait atteindre deux ans. Le ciel m’est tombé sur la tête : je n’avais même pas 30 ans et j’ai toujours été très sportif. C’est ma mère qui m’a sauvé quand elle a décidé de me faire don d’un rein.

Mes réussites sportives …

Je fais du sport dès que j’en ai l’occasion, mais c’est la première fois que je participe aux Jeux Mondiaux des Transplantés.

Ce qui m’attend aux Jeux Mondiaux des Transplantés …

Un super bon moment avec des amis et beaucoup de plaisir. En Argentine, j’entends ouvrir mes horizons et faire de nouvelles rencontres.

Ce qui me fait plaisir dans la vie …

Mon métier de pompier, ma famille et mes amis, le sport, les voyages et l’inconnu, la moto et la Nouvelle-Zélande.

Chacun devrait réfléchir à la thématique du don d’organes, car …

… il peut concerner n’importe qui. Chacun se doit d’être le suivant : qui donne reçoit.