Le don d’organes en bref

Que vous soyez pour ou contre le don d’organes, ce qui compte, c’est que vous preniez une décision. Cette décision assure sécurité et clarté tout en soulageant vos proches en cas d’urgence.

En Suisse, il est possible de donner jusqu’à six organes : cœur, poumon, foie, reins, pancréas et intestin grêle. Le pancréas peut être transplanté en intégralité ou sous forme d’amas constitué de cellules des îlots pancréatiques isolés (cellules produisant par exemple de l’insuline). Parmi les tissus et cellules transplantables, il y a la cornée, la peau, les valves cardiaques et les gros vaisseaux sanguins, les os, le cartilage ainsi que les tendons et les ligaments. 
Un don d’organes ou de tissus est possible uniquement si le défunt avait donné son consentement et si la mort cérébrale du donneur a été constatée avec certitude. 
Un prélèvement d’organes ne laisse apparaître qu’une cicatrice due à l’opération, ce qui laisse aux proches la possibilité de faire leurs adieux au défunt avec dignité et sérénité. 

L’attribution d’un organe prélevé sur un donneur à un receveur s’effectue dans le strict respect de l’ordonnance sur l’attribution d’organes, qui se fonde sur la loi sur la transplantation. 
La liste d’attente est établie pour l’essentiel selon les critères suivants : 

  • Urgence médicale 

  • Utilité médicale 

  • Priorités spécifiques (enfants, groupe sanguin rare...) 

  • Temps d’attente 

En 2021, il y a eu en Suisse 166 donneurs décédés et 587 transplantations.